Chaque rentrée, à peine reposées de notre été de lectures (celles d’il y a deux ans bien sur :-), que voici surgir des centaines de nouveautés : 524, nous annonce-t-on ! aïe ! on angoisse déjà.

 

Je ne suis pas fan de ce principe qui, en vous proposant des sélections selon des stratégies éditoriales plus ou moins avouées, vous feront passer peut-être à coté de pépites pour vous. A chacune, sa façon de sélectionner son cru 2019, en vous appuyant sur les pistes proposées par les médias, les blogs littéraires ou, ce que je préfère, le libraire de votre quartier ! 

 

Le but étant de lire, faites-vous plaisir car c’est abord et avant tout cela qui compte. Parmi la dizaine de romans lus cet été, au gré des découvertes dormants dans ma bibliothèque (une décision de rentrée : avant d’emmagasiner une nouvelle série de nouveaux romans, lire parmi les dizaines de non lus attendant patiemment leur tour !), je vous propose ceux qui m’ont emballés. A vous de choisir.

 

Misia, la vie de Misia Sert.

Une autobiographie rondement écrite sur l’égérie d’une époque, celle du Paris mondain, culturel et artistique de la fin du XIXème jusqu’à la seconde guerre mondial. Magistral et instructif 🙂

 

 

 

La sonate oubliée

Deux époques, deux pays, deux destins, unis par la musique. Une jolie découverte de la Pietà de Venise et du grand maître Vivaldi. Très joli roman.

 

Glaise

Le Cantal à l’aube de la première mondiale et les rancoeurs de fermiers voisins qui déboucheront vers le drame. Haletant, rude mais passionnant.

Une mention spéciale pour celui dont je n’ai pas encore fait la fiche : L’armée des ombres de Joseph Kessel. Un classique à redécouvrir sur les Français résistants pendant la seconde guerre mondiale.

Bonne rentrée à toutes !